Sans variétés paysannes il sera difficile de relever les défis alimentaire, économique et démocratique de notre époque. Nous voulons réhabiliter l'usage de ces plantes et revisiter les savoir-faire qui y sont associés à la lumière des connaissances d'aujourd'hui, en combinant une approche citoyenne - devenue une maison de la semence - à une approche métier - devenue un artisan semencier. Le cheminement de Jardin'enVie est bien résumé par un article de Minga. Nous vous invitons à le lire pour mieux comprendre l'histoire de cette initiative collective et son évolution. Pour sortir ces variétés de l'oubli, diffuser des semences ne suffit pas. Il faut en (re)découvrir les saveurs et usages. Donc savoir où les cultiver. Remettre en culture des terres situées en zone péri-urbaine n'est pas chose facile, mais tout aussi indispensable que les semences paysannes à l'autonomie alimentaire des villes. Aussi, en 2007, nous avons initié ces deux approches en une même entité juridique. Une association dont l'un des buts était de porter le démarrage d'une SCOP, dans l'espoir de récupérer des terres à cultiver. Attendre de réunir tous les ingrédients favorables pour démarrer, c'était prendre le risque de ne jamais commencer. Il est temps maintenant de distinguer ces deux approches pour mieux vous faire bénéficier de leurs complémentarités.

graines en mains

Jardin'enVie, maison de la semence Sud Rhône Alpes, crée une SCOP pour exercer et développer le métier d'Artisan Semencier !

Les hypothèses de départ sont validées par l'observation des résultats au champ, mais aussi par l'augmentation impressionnante de l'activité. La demande ne cesse de croître et nous permet d'envisager passer à une nouvelle phase du développement du projet. Rendre viable cette nouvelle phase signifie changer d'échelle pour diminuer les coûts de production, des essais, de la recherche et développement. Cela veut dire investir pour améliorer encore les qualitéS de notre production de semences tout en augmentant la quantité et la diversité produites. Continuer dans cette direction sans capitaux propres reviendrait à mettre en danger nos principaux objectifs.

Même si les initiateurs du projet ou les salarié(e)s avaient les moyens de réunir à eux seuls les capitaux nécessaires, ce serait une erreur de ne pas ouvrir l'activité à des personnes qui désirent s'impliquer davantage pour contribuer au renouveau des variétés paysannes. Nous voulons recourir le moins possible au système financier habituel. Aussi nous avons créé la scop Jardin'enVie en 2016 avec 11 associés, dont le club d'épargnants "Cigales les Jonquettes" qui réunit 12 personnes à ce jour. Nous espérons que d'autres personnes désireront les rejoindre.

Pour réussir cette nouvelle étape, nous avons besoin de vous !

Créer une scop et recourir d'abord à l'épargne populaire pour constituer l'outil de travail, c'est aussi choisir de renforcer en parallèle le contrôle démocratique par les salariés et par l'ensemble des partenaires de l'outil de travail, de ce à quoi il sert. Un choix pour développer une activité économique ancrée sur son territoire ; pour reconquérir ensemble notre liberté de choisir des aliments issus de variétés paysannes pour nous nourrir. A ce jour, même les labels de qualité ne le garantissent pas. Loin de là.

Créer une scop, c'est aussi choisir de renforcer l'activité de la Maison de la semence Sud Rhône-Alpes

L'association fait partie des membres fondateurs de la SCOP. A ce titre, elle permettra à ses adhérents, comme aux clients de la scop qui désireront le devenir, d'exprimer leur avis sur l'évolution de la coopérative et de participer aux décisions, sans pour autant en devenir directement sociétaires. Mais l'association garde surtout toute son importance car elle aura, nous l'espérons, davantage les moyens d'assumer son rôle de Maison de la Semence.

Distincte maintenant de l'aspect entreprise, en 2017 la maison de la semence s'ouvrira largement à tous ceux qui frappent à la porte, parfois depuis longtemps, pour  participer au maintien de la biodiversité cultivée du Sud Rhône-Alpes. Diverses possibilités d'implications seront peu à peu proposées, à mesure que le transfert de l'activité commerciale vers la SCOP se terminera. Vous avez des idées ? Venez dès à présent les exprimer !

Découvrir les objectifs et le fonctionnement de la Maisons de la semence Sud Rhône-Alpes

Découvrir les objectifs de la SCOP et son métier d'artisan semencier

Pour celles et ceux qui désirent s'impliquer davantage, il est possible de :

  • rejoindre un club Cigales pour augmenter le capital de la SCOP
  • entrer directement au capital de la SCOP pour co-entreprendre avec les autres associés
  • adhérer à l'association
  • participer aux essais variétaux
  • Financer des essais variétaux ou recherches, via du fiancement participatif
  • participer à la création d'une base de donnée pour gérer l'évolution au champ des semences paysannes
  • parrainer des variétés paysannes pour les sortir de l'oubli
  • accueillir des variétés paysannes dans votre jardin

Peu à peu, nous détaillerons sur ce site toutes ces possibilités. Pour en savoir plus dès à présent, n'hésitez pas à nous contacter.