Les variétés paysannes sont constituées d'individus tous différents. Ils interagissent avec une grande diversité de micro-organismes, champignons, insectes, animaux, plantes sauvages ou cultivées. C'est le point de départ de nombreuses réponses aux difficultés d'aujourd'hui, aux défis que l'avenir nous réserve.

La qualité de la production : priorité donnée aux saveurs variées et intenses, avec plus de nutriments. L’industrie semencière favorise la mécanisation et l’uniformité (calibre, couleur, forme...).

La biodiversité dans les champs et les assiettes : des milliers de variétés composées d’individus uniques permettent aux plantes cultivées de s’adapter aux évolutions des terroirs et du climat.

L’autonomie et la sécurité alimentaire : La possibilité de reproduire les plantes à la ferme garantit plus de libertés de choix pour producteurs et consommateurs. Les variétés paysannes sont des communs, accessibles à tous. Les firmes semencières grâce à des outils juridiques (COV, brevet...) ou biologiques, s’approprient les variétés qu’elles mettent au point et interdisent leur reproduction.

Les clones hybrides F1 & chimères OGM :

  • Adaptées à l’agriculutre industrielle et chimique, à la grande distribution (belles récoltes uniformes car un seul individu multiplié à l’infini est cultivé).
  • Faible qualité nutritive et gustative.
  • Appauvrissement génétique : ne peut pas convenir à l’agro-écologie. C’est le terroir qui est adapté à la semence avec les engrais chimiques et pesticides.
  • Dépendance des paysans et jardiniers à 5 multinationales qui peuvent les produire et les commercialiser.

Les variétés paysannes :

  • Produites dans le champ du paysan, c’est une population d’individus tous différents qui est sélectionnée.
  • Grande diversité génétique : c’est la semence qui est adaptée aux terroirs et aux évolutions du climat.
  • Grande qualité nutritive et gustative.
  • Adaptées à la polyculture de proximité.
  • Autonomie du paysan et du jardinier : ils peuvent choisir leur mode de culture.
  • Liberté de choix pour le consommateurs.

tomate vs clone

Articles en liens

  • "Qui a tué le goût des tomates ?" Article de Eric Aeschimann publié dans le Nouvel Observateur n°2702 du 18 août 2016. Y sont interviewés une chercheuse de l'INRA, le fondateur de Germinance, les co-gérants de Jardin'enVie.

  • Extrait du documentaire de Linda Bendali et Sophie Le Gall « Que mangeons-nous vraiment ? De la terre à l'assiette » diffusé sur France 3. Comparaison nutritive entre des tomates issues de semences paysannes et de semences hybrides F1.